Aéromancie

Par le radical « aéro » et le suffixe « mancie », l’aéromancie est logiquement décrite comme un art divinatoire utilisant l’air. Néanmoins, on trouve des définitions et des explications qui la rattachent plus à un style divinatoire reposant sur les éléments naturels dans le ciel, incluant le sens et la force des vents, la foudre ainsi que le tonnerre. Ainsi, elle est parfois décrite telle « une divination par l’observation des phénomènes aériens ». Connaitre un peu plus sur ses origines et ses pratiques va alors conduire à comprendre les interprétations qu’on peut en tirer.

Les origines

Cette technique divinatoire serait connue depuis l’Antiquité à travers la codification des éléments naturels. Les prêtres de l’ancienne Babylone en seraient donc les pionniers. Leur objectif initial était d’établir des prédictions selon les probables déroulements des intempéries en une journée. Par la suite, des agriculteurs l’ont adoptée et améliorée en incluant d’autres éléments comme les astres ainsi que les météores. Cela leur permettait de pouvoir compter sur la météorologie pour optimiser leurs activités.

La pratique

Les phénomènes aériens sont pris comme guides ou outils par les pratiquants de cet art divinatoire, mais certains réalisent également des interprétations relatives aux pouvoirs de l’air uniquement. Comme c’est une pratique très ancienne, elle n’a pas toujours requis l’utilisation d’instruments typiques. Les anciens se basaient sur l’observation des signes naturels tant pour prédire le temps que pour faire des prédictions concernant l’avenir. Néanmoins, on rapporte également le maniement d’un bâton dans l’air pour d’autres pratiquants anciens. Ce style de voyance a un peu perdu son intérêt avec le temps. Ce qui est largement compréhensible avec les connaissances météorologiques reliées aux images satellitaires actuelles. Devrait-on donc oublier voire ignorer toutes les pratiques d’antan basées sur le vent ?

air, vent, aéromancie

Quelques exemples d’interprétation par le vent

Les interprétations peuvent parfois s’opposer entre les origines. En effet, certains aéromanciens redoutent les vents du Nord en les caractérisant comme conducteurs de malheurs ainsi que de mauvaises nouvelles. D’autres, pourtant, y rattachent une journée favorable à l’émotion et à l’amour. Le vent venant du Sud signalerait une journée avec des difficultés. Lorsque le vent arrive de l’Est, l’interprétation commune est une journée favorable à la spiritualité. Le vent de l’Ouest indiquerait une atmosphère détendue et agréable.

Autres éléments aéromanciens

Plusieurs signes atmosphériques ont constitué les éléments clés des praticiens de cette catégorie de voyance en plus de l’observation de l’air. Parmi ceux-ci, les observations faites sur le mouvement des nuages, la visibilité des halos autour du soleil ou de l’astre lunaire étaient pris en compte. D’autres méthodes, comme le degré d’humidité au toucher dans la nature, les divers déplacements des végétaux sous le vent ainsi que les foudres et les tonnerres, ont également servi de base de travail aux aéromanciens. Avec les outils adéquats, les intéressés peuvent se prêter au jeu des analyses et interprétations de cet art ancien. Après tout, certains édifices ancestraux ayant résisté au temps et aux intempéries reposaient sur les croyances de leur époque.

05. février 2017 par Ottoman
Catégories: Techniques de divination | Laisser un commentaire