Alectryonomancie

Connaissez-vous l’alectryonomancie ? Le terme semble compliqué… C’est une catégorie de voyance ou d’art divinatoire qui était pratiquée par les Grecs des temps anciens. En ce qui concerne l’étymologie, « alectryon » vient du grec ancien « alektryon » signifiant coq et mancie provenant également du grec ancien « manteia » qui signifie divination. En bref, l’alectryonomancie, parfois appelée alectriomancie, est une technique divinatoire utilisant un coq ou une poule par leur manière de picorer des grains.

Les principes et les techniques

La méthode adoptée est des plus simples, ce qui peut poser beaucoup de perplexité. En effet, il suffisait de réunir un interprète, des grains et un coq. Puis, sur le sol était tracé un cercle constitué de 24 cases dont chacune correspond à une lettre de l’alphabet. Un grain est déposé sur chaque case et remplacé à chaque fois que le coq le mange. Précédant ce processus, l’interprète que l’on nommait également voyant est informé de la question du consultant. Le coq, jugé consacré, est alors placé au centre du cercle. Les lettres qui correspondent aux grains picorés par celui-ci sont alors notées. En fonction de la constitution des diverses lettres et des interprétations tirées, une réponse à la question du consultant peut être donnée.

Pourquoi le coq ?

Le coq est présent dans beaucoup de croyances légendaires. La Chine ancienne le respectait jusqu’à le protéger. En effet, on lui y rattachait cinq principales vertus : civile, militaire, le courage, la bonté et surtout la confiance en raison de sa ponctualité au chant matinal pour annoncer le jour. Par ce dernier fait, soulignant son rôle de réveiller l’homme, le coq s’est vu attribuer la légende d’une communication sans faille avec la dimension divine. Le coq a alors été perçu dans les temps anciens comme le messager des dieux sur Terre.

coq, alectryonomancie

A quoi servait l’alectryonomancie ?

Cette technique de divination servait surtout à connaitre un nom. A son origine, elle aurait révélé à l’empereur Romain Flavius Julius de Constantinople qui serait son successeur. Le coq a choisi, en ce temps, les lettres T, H, E, O et D à travers son action de divination. Flavius Julius, dans sa colère a fait exécuter toute personne avec un prénom débutant par ces cinq lettres. Ironie de l’histoire, cet empereur a eu comme successeur Théodose le Grand. Suite à cette histoire, l’alectryonomancie a été grandement pratiquée durant le Moyen Age. A cette époque, elle aurait principalement servi à découvrir des noms d’héritiers, de voleurs et même d’assassins. Cette pratique n’est plus utilisée de nos jours.

Relation avec Alectryon

Alectryon est un personnage de la mythologie grecque. Le mythe décrit comment Arès le punit en le transformant en coq. Arès, mari d’Aphrodite, la soupçonna de tromperie et la fit surveiller par Alectryon. Ce dernier était censé faire le guet pour avertir de l’arrivée du jour mais il s’endormit. Aphrodite fut alors surprise par son mari avec Héphaistos le jour venu. La colère d’Arès tomba sur Alectryon qu’il changea en coq afin de donner l’alarme tous les matins. Ainsi, ce personnage est ironiquement rattaché à l’art divinatoire qui est relié à son nom.

14. février 2017 par Ottoman
Catégories: Techniques de divination | Laisser un commentaire